Barbie, la poupée qui prend des formes

Barbie, pour la première fois, va arrêter de donner des complexes aux femmes. Ses mensurations ont été revues pour mieux refléter la réalité du corps féminin. Cette nouvelle collection dévoilée le 28 janvier 2016, permettra t-elle de sauver l’avenir de la poupée ultra féminine ?

Barbie et Mattel en difficulté

Mattel, le géant du jouet qui, avec sa Barbie, détenait la poule aux œufs d’or, se retrouve aujourd’hui avec un produit dénigré qui n’a plus la cote. En perte de vitesse depuis quelques années et cible de récurrentes polémiques, Barbie entend bien se défaire de son image d’icône féminine stéréotypée. Trop blonde, trop maigre, trop tout ! La célèbre poupée a vu ses ventes reculer de 15 % en 2015, une chute qui vient accentuer un recul déjà amorcé en 2012. Espérant mettre un terme à la dégringolade, le PDG de Mattel Richard Dickson a donc créé une nouvelle « famille » de poupées, les « Barbie Fashionistas. »

Barbie Curvy

Barbie prend enfin des formes

Barbie a une nouvelle famille

Trois nouvelles figures, trois morphologies différentes : une grande, une petite et une ronde viennent désormais prendre place aux côtés de la bonne vieille Barbie d’origine créée en mars 1959. Celle qui retient l’attention c’est évidemment la « ronde », celle qui représente le mieux le changement voulu par le numéro deux du jouet dans le monde. La nouvelle silhouette dite « Curvy » avec ses hanches plus amples, ses mollets moins étiques, un tour de taille plus vraisemblable, un petit ventre et un derrière rebondi, ressemble un peu plus à un être humain.

Ainsi, les nouvelles poupées de la gamme Fashionistas, sont déjà disponibles sur le site marchand américain de Mattel, elles arriveront progressivement en France à partir de mars prochain. Elles seront proposées au prix de vente conseillé de 12,99€ : un tarif incitatif pour développer l’effet collection.

Mais ce n’est pas tout…

Outre ces trois nouvelles silhouettes, la gamme Fashionistas 2016 propose également sept couleurs de peau, vingt-deux couleurs d’yeux, vingt-quatre type de cheveux et une multitude de tenues et d’accessoires différents.

« Barbie est à l’image du monde qui entoure les petites filles. Si elle est toujours la poupée mannequin numéro 1 dans le monde, c’est grâce à sa capacité à évoluer au fil du temps tout en restant fidèle à son esprit d’origine« , a commenté Richard Dickson, président et chief operating officer de Mattel.

Barbie : le renouveau

Les nouveaux codes beauté de Barbie

La gamme fashionistas : un second souffle pour Mattel ?

Mattel en commerçant avisé sait que les petites filles devront racheter des vêtements pour leur Curvy puisque la garde-robe de Barbie ne saurait couvrir les rondeurs de leur nouvelle créature. L’objectif est donc double : à la fois faciliter l’identification des petites filles avec des poupées collant davantage à la diversité des canons de beauté actuels, mais aussi relancer sa poupée de plus en plus boudée, et remplacée par les Legos par exemple.

La poupée propose plus de 180 métiers, les petites filles peuvent donc facilement s’imaginer la vie qu’elles souhaitent. Et maintenant avec la gamme Fashionista, les possibilités sont démultipliées.

@emelineparisot